Vous souhaitez des renseignements sur le raccordement au réseau de chaleur ? Contactez-nous

Votre réseau de chaleur

Le réseau de chaleur du SMIREC

Plaine Commune Énergie produit et achemine de l’énergie pour le chauffage et l’eau chaude de nombreux bâtiments des villes de : Saint-Denis, L’Île-Saint-Denis, Pierrefitte-sur-Seine, Stains et La Courneuve. Ce réseau de chaleur permet d’alimenter l’équivalent de 40 000 logements.

Initialement alimenté au charbon, le réseau de chaleur a constamment évolué vers des énergies diversifiées et optimisées : le fuel, puis le gaz et la cogénération(production simultanée d’électricité et de chaleur) et depuis 2011 le bois, avec l’implantation d’une chaufferie biomasse, projet pilote en Île-de-France, à la pointe des évolutions technologiques. En 2016, la construction d’une nouvelle chaufferie biomasse de 26,5 MW, le recours à la géothermie superficielle et au biométhane permettra d’atteindre + de 50% d’énergies renouvelables.

Ce sont donc aujourd’hui 5 chaufferies qui alimentent le réseau :

  • La chaufferie biomasse de Stains équipée de 2 chaudières de 8 MW chacune. Elle fonctionne en priorité sur toutes les autres centrales de production. 2 chaudières au fuel d’une puissance de 55 MW peuvent servir d’appoint.

 

  • La centrale du Fort de l’est : un système composé d’une turbine à gaz d’une puissance électrique de 45 MW et d’une chaudière de récupération d’une puissance thermique de 60 MW.

 

  • La centrale Fabien : une chaudière à gaz d’une puissance thermique de 30 MW

 

  • La centrale géothermique d’Urbaparc d’une puissance de 2 668 KW qui alimente en chauffage la zone d’activités.

 

  • Les chaufferies SESAS : 2 chaufferies d’une puissance respective de 9 et 9,6 MW gérées par la société Stade Energie SAS qui produisent de la chaleur pour les quartiers du Cornillon et du Landy.

 

Véritable chauffage central à l’échelle d’une ville ou d’un quartier, le réseau de chaleur urbain alimente tous types d’immeubles : logements, bureaux, écoles, bâtiments communaux ou à usage industriel. Il est composé de 4 éléments : une unité de production de chaleur, un réseau de canalisations dit “primaire” qui achemine la chaleur vers des points de livraison et un réseau de canalisations dit “secondaire” qui achemine la chaleur depuis les points de livraison vers les logements ou bureaux.

La biomasse

La Biomasse

 

1. QU’EST-CE QUE LA BIOMASSE ?

La biomasse regroupe l’ensemble de la matière végétale qui peut être utilisé à des fins de valorisation énergétique pour fabriquer de la chaleur, de la vapeur ou de l’électricité. Elle concerne le bois, le biogaz, les huiles végétales, les biocarburants, … 

L’utilisation de 4 tonnes de bois énergie remplace 1 tonne de pétrole et permet d’éviter en moyenne l’émission de 2,5 tonnes de CO2 dans l’atmosphère.

La biomasse, essentiellement sous forme de bois, représente plus de 10% de la consommation mondiale d’énergie primaire (énergie disponible dans la nature avant toute transformation) et la seconde énergie renouvelable en France après l’énergie hydraulique.

2. COMMENT ÇA MARCHE ?

La filière bois-énergie valorise l’énergie calorifique contenue dans le bois, quelle que soit sa forme : bûches, résidus bocagers et forestiers, élagages, sciures, écorces, chutes de palettes…

Ils constituent le combustible des chaufferies qui vont fournir de la chaleur capable de couvrir tout ou partie des besoins en chauffage et eau chaude d’une ville.

Autres procédés, le biogaz, issu de la fermentation des déchets organiques, et la gazéification du bois, qui permettent par cogénération de produire de la chaleur et de l’électricité.

Les biocarburants proviennent de plantes cultivées (tournesol, betteraves, colza…), les plus courants étant le biodiesel et l’éthanol qui sont mélangés à de l’essence ou du gazole.

 

CIRCUIT D’UNE CHAUFFERIE BOIS

3. SES ATOUTS

C’est une source d’énergie renouvelable puisque les végétaux employés se reconstituent. Seuls leur culture, leur transport et leur transformation génèrent des gaz à effet de serre car leur combustion ne dégage que le CO2 fixé pendant leur croissance.

Économiques :

Le coût du bois énergie est nettement inférieur à celui du gaz naturel ou du fuel domestique et indépendant de la volatilité des prix du marché des énergies fossiles.

La biomasse bénéficie d’une réglementation et d’une fiscalité favorables ainsi que du soutien de l’ADEME (Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie).

La forêt française s’accroissant de 50 000 hectares par an avec une exploitation raisonnée, la filière bois dispose d’un grand potentiel. On l’estime a plus de 20 millions de tonnes de bois par an, soit l’équivalent de 5 millions de tonnes équivalent pétrole.

Sociaux :

Au niveau local, l’approvisionnement et l’entretien des chaufferies bois sont créateurs d’emploi et favorisent le développement économique.